Une bonne coordination

Le rôle clé des facultés d’une bonne coordination sont les sports d’endurance et les séances de musculation.

Ils sont sont bénéfiques et il ne faut pas les sous-estimer.

L’importance d’une bonne coordination, c’est elle qui optimise nos mouvements.

Comment marcher sur des galets sans vaciller, courrir sans malmener ses articulations ou rester autonome le plus possible ?

Force et endurance sont les maîtres mots, mais une bonne coordination est toute aussi importante.

La précision des mouvements et la capacité d’adaptation aux situations imprévues.

Elles dépendent de la synchronisation des sens, du cerveau, des nerfs et des muscles.

Plusieurs types de capacités interagissent dans le mécanisme de coordination, le plus connu est l’équilibre.

A cela s’ajoutent le rythme, la différenciation, la réaction et l’orientation.

Un exemple concret, pour ne pas tomber au moindre obstacle, il faut travailler son équilibre.

Mais pour rester stable dans des situations délicates imprévues, c’est la capacité de réaction qui entre en jeu.

La différenciation assure, quant à elle, la précision des mouvements comme lancer un ballon.

En adaptant sa force en fonction de la distance de la cible à atteindre.

L’orientation joue un rôle essentiel dans les sports d’équipe, puisque, c’est grâce à elle que les joueurs vont s’impliquer sur le terrain.

Ainsi avoir conscience de leur position dans l’espace, quant au rythme, il permet de choisir le bon parcours.

Apprentissage et entraînement pour une bonne coordination

Une bonne coordination demande un apprentissage et des entraînements, dans la mesure où elle n’est jamais innée.

Le secret de la réussite étant de pratiquer des activités soutenues mais surtout variées.

Ce sont les enfants et les adolescents qui s’en sortent le mieux, entre 8 et 12 ans, la capacité d’apprentissage est à son apogée.

Mais la coordination peut aussi s’améliorer au fil du temps, plus on vieillit, plus on veut conserver ses acquis.

Il est donc important que les seniors travaillent leur coordination, en plus d’un entraînement musculaire de base.

Ces exercices pourraient même parfois rendre inutiles les moyens auxiliaires pour la marche.

Car ces appareils permettent à nos aînés de se ménager, ils ont par contre l’inconvénient de les affaiblir.

Fort heureusement, 10 à 15 minutes de marche suffisent pour travailler sa coordination.

D’autant qu’il est assez facile de mettre en place un plan d’entraînement.

L’exercice le plus simple est de tenir en équilibre sur une jambe.

Pour corser les choses, on peut même tenter l’expérience les yeux fermés ou sur un support bancal.

Or, le travail de coordination n’est possible que si le corps est détendu, c’est là qu’il est le plus à même de saisir les signaux.

Les exercices choisis vont fortement dépendre de l’activité sportive pratiquée ou des objectifs visé au quotidien.

Au lieu de se tourner vers un entraînement spécifique, on peut pratiquer une activité qui demande de la coordination.

Comme corde à sauter, art martial ou la danse.

Une meilleure qualité de vie

Une bonne coordination offre des avantages dans le sport et dans la vie quotidienne.

Déplacements assurés, précis, efficaces et fluides, mais aussi diminution de la dépense énergétique.

Une amélioration des séquences de mouvements, articulations ménagées, prévention des risques de chutes et de blessures.

Les sportifs sont capables d’améliorer leurs performances grâce aux exercices de coordination.

Quand à un senior qui a travaillé sa coordination, il restera plus actif et profitera d’une meilleure qualité de vie.

Auto-école Marterey