Les émissions sonores affectent une personne sur sept

Coups de timbale au démarrage et gazouillis d’oiseaux lors des freinages.

Les voitures électriques étant pratiquement silencieuses lorqu’elles circulent à faible allure.

Des vois se sont élevées pour exiger des émissions sonores d’avertissements factices.

A compter du 1er juillet 2019, tous les véhicules électriques, nouvelles immatriculations, devront être équipés d’un système d’avertissemment sonores.

Celui-ci est baptisé “Acoustic Vehicle Alert System“.

A savoir que ce dispositif sera ensuite imposé à l’ensemble du parc neuf de 2021.

En revanche, les voitures déjà en circulation ne devront pas être adaptées.

A ce jour, sur les routes Suisse, ces voitures silencieux restent encore largement minoritaires.

Une voiture électrique est quasiment silencieuse uniquement lorsqu’elle roule à moins de vingt kilomètres à l’heure.

Si elle dépasse cette vitesse, le bruit des pneus étouffe celui du moteur, comme c’est le cas pour tous les types de voitures.

Tous les bruits sonores ne sont pas efficaces

Jusqu’ici, les spécifications acoustiques exactes de cet avertisseur n’ont pas encore été définies.

Seule obligation, il doit suggérer le comportement de conduite.

Par exemple, le son d’un freinage doit être différent de celui d’une accélération.

De plus, les bruits sonores seront différents d’une marque automobile à l’autre.

Le fait de renoncer aux mélodies et aux cris d’animaux a sa raison d’être.

En effet, des essais ont été menés avec des sons s’inspirant de bruitages de navettes spatiales tirés de films de science-fiction.

Or, les réactions ont été pour le moins surprenantes.

Les piétons qui participaient aux tests ont eu tendance à lever les yeux vers le ciel, plutôt que de regarder la route.

Plus de bruits sonores pour plus de sécurité ?

Il est toutefois évident qu’un bruit de moteur à lui seul ne constitue aucune garantie de sécurité.

Un véhicule avec les émissions sonores plus élevés sera-t-il perçu plus tôt ?

Bien entendu, cela dépend des bruits ambiants.

Les bruits de moteur sont particulièremment utiles pour les personnes malvoyantes.

Lorqu’elles souhaitent traverser ou qu’une voiture s’engage sur la route depuis une cour privée.

Jusqu’ici, en Suisse, aucune preuve n’a pu être fournie attestant un risque d’accident plus élevé entre voitures électriques et piétons.

De même que cyclistes par rapport aux voitures traditionnels.

Il s’avère que d’autres équipements présentent des avantages bien supérieurs.

C’est le cas des systèmes d’assistance à la conduite et au freinage d’urgence.

La suppresion des forts bruits de moteur lors du démarrage rapide peut être considéré comme un point positif.

Particulièrement profitable à la tranquilité nocture le long des principaux axes de transit et dans le quartiers.

L’intensité sonore reste ainsi un compris entre prévention du bruit et sécurité routière.

Auto-école Marterey