La longue vie des batteries d’un véhicule électrique

Véritable coeur des véhicules électriques, la longue vie des batteries se révèlent souvent plus durables que le véhicule.

Que devient leurs précieux matériaux une fois en bout de course ?

Lorqu’une voiture électrique arrive en fin de vie, la question se pose de savoir ce qu’il doit advenir de la batterie.

Les expériences apprises avec les premières voitures électriques, montrent que les accus disposent toujours d’une belle capacité résiduelle au bout de 10 ans d’utilisation.

La durée de vie d’une batterie de véhicule électrique se mesure en unités de temps voire en cycles de recharge.

Toutefois, dans la pratique, il est difficile de faire la distinction entre l’âge et le vieillissement cyclique.

Le facteur temportiel influe surtout sur la décomposition des composants de l’électrolyte en fonction de la température.

Alors que le vieillissement cyclique entraîne des dommages mécaniques sur l’anode et la cathode.

Le stockage d’énergie sationnaire

En raison de leur capacité résiduelle importante, les batteries usagées sont parfaites dans le cadre d’une utilisation d’énergie stationnaire.

Après un démontage en bonne et due forme du véhicule évidemment.

Au seuil de leur deuxième, les batteries usagées, mais encore opérationnelles, sont recyclées avant d’être réutilisées.

Afin de cycler l’energie en mode stationnaire, par exemple, en tant que stockage intermédiaire d’energie solaire.

En somme, comme une batterie tampon.

Et si la batterie ne peut être ni réparée, ni réutillisée, elle est recyclée dans les règles de l’art.

Sans oublier le traitement hydrométallurgique et le recyclage propremment dit des métaux.

Procédure de recyclage des batteries

Si les batteries lithium-ion ne sont plus adaptées à une seconde vie, il s’agit de les démonter.

Afin de rendre réutilisable le plus grand nombre possible de matières premières.

Dans ce but, de nombreuses entreprises et autres instituts de recherche s’activent à développer des procédés de recyclage efficaces pour la longue vie des batteries.

Ce domaine progresse rapidement et il faut s’attendre à ce que des solutions efficaces émergent d’ici quelques années.

D’autant plus qu’avec l’émergence de l’électromobilité, un très grand nombre de batteries usagées devront être traitées.

Des objectifs de recyclage spécifiques devront être fixés pour le lithium et le cobalt.

En outre, un passeport devrait garantir la traçabilité des piles et des matières premières.

Les différentes formes de recyclage

En Suisse, les différentes formes de recyclage des batteries en matière de coûts, d’efficience et d’empreinte écologique.

Une société développe, avec un constructeur suisse, une installation permettant de récupérer la plupart des matériaux provenant des batteries.

Diverses méthodes de recyclage sont désormais utilisées par les grandes entrprises à l’étranger.

Les batteries sont brûlées et broyées.

Le colbalt, le nickel et le cuivre pour former un alliage qui peut être réutilisé.

Alors que le lithium, l’aluminium, le graphite ne peuvent pas être revalorisés.

Il en résulte une poudre sombre dont les matières premières, graphite, manganèse, sont récupérées en plusieurs étapes.

Le taux de recyclage atteindrait 96%.

En outre, la technique peut être eyploitée aussi bien de manière stationnaire que mobile.

Avec pour énorme avantage d’éliminer le coûteux transport de batteries, lesquelles sont aisément inflamables.

Auto-école Marterey