Conduire la nuit des conseils en cas de visibilité réduite

De nombreux conducteurs préfèrent conduire la nuit.

En effet, ils profitent d’un trafic moins dense.

Mais, n’oubliez pas la moitié des accidents se déroulent généralement la nuit.

La fatigue mais surtout d’une visibilité réduite en sont généralement la cause de ces accidents.

Dans ce cas, comment conduire la nuit ?

Découvrez à travers cet article, les conseils à suivre afin de rouler la nuit en cas d’une visibilité réduite.

Mais avant, il est important de connaitre les risques que l’on court en roulant la nuit.

Quels sont les dangers d’une conduite nocturne ?

Lorsqu’on conduit la nuit, les zones larges de notre spectre de vision sont moins perceptibles.

Quand on se retrouve sur les courbes, ce sont les feux qui nous servent d’éclairage surtout quand on se retrouve dans les virages.

Généralement ce cas s’observe dans les tunnels.

Ceci étant, en conduisant la nuit, on note :

Une baisse de visibilité

La conduite nocturne comporte de nombreux dangers qu’il faut absolument notifier.

Ainsi, le premier point du risque de conduire la nuit est la réduction de la visibilité.

En effet, le champ de vision est réduit et on note une perturbation du sens du relief.

Vous comprenez donc qu’une conduite dans de telle condition exige une concentration maximum.

Les yeux n’étant pas adaptés à ces conditions, ils ne sont pas en mesure de localiser les obstacles.

De plus, sur les routes mal éclairées, la conduite est encore plus difficile.

Les dangers extérieurs

Les risques d’une conduite nocturne peuvent provenir de l’extérieur.

S’il est vrai que la circulation est moins dense, le risque d’accident reste tout de même accru.

Pour ce faire, il faut être attentif à la conduite des autres conducteurs.

En outre, les animaux représentent également un danger lors des conduites nocturnes puisque les déplacements s’effectuent majoritairement la nuit.

Pour finir, les intempéries ou les averses de nuits réduisent la visibilité.

Il faut donc redoubler de vigilance.

Nos conseils pour conduire la nuit !

Pour conduire la nuit, il faut dans un premier temps rester éveillé.

Pour ce faire, lorsque vous ressentez des signes de fatigues comme les paupières lourdes ou des raidissements, il faut nécessairement prendre une pause.

Aussi faire une sieste de 20 minutes si possible.

Conduire donc la nuit exige d’être éveillé.

Pour être donc vigilent, vous pouvez adopter un regard mobile, écouter de la radio ou communiquer avec les passagers.

Dans un second temps, quand vous croisez d’autres conducteurs et vous perdez la visibilité suite à leurs phares, il faut diriger votre regard dans la direction de la chaussée du bas-côté droit.

Comment conduire la nuit ?

Pour conduire la nuit, il faut savoir utiliser les bons feux.

L’utilisation des feux dépend de l’éclairage de la route.

Ainsi sur une route éclairée, il est obligatoire de conduire la nuit avec les feux.

Que vous soyez en agglomération ou hors, il est recommandé d’utiliser les feux de croisement.

Toutefois, vous pouvez conduire avec les feux de position quand vous êtes en ville.

Dans le cas où la route est mal éclairée, il faut absolument garder allumer les feux de croisements.

Si vous retrouvez seul sur la route vous pouvez utiliser les feux de routes pour mieux voir mais également pour être vu.

Toutefois, revenez aux feux de croisement pour ne pas rendre flou la visibilité d’un autre automobiliste.

Auto-école Marterey