La circulation routière

On roule en pleine campagne sur des routes en bon état où la circulation routière n’est pas trop intense.

C’est à ce moment là que l’automobiliste procure les plus complètes satisfactions.

En premier lieu, de nos jours, ces conditions ne sont que rarement réunies.

En quelques décennies, le trafic routier s’est entièrement transformé.

Alors que avant on pouvait se promener à sa guise et s’arrêter où et quand on voulait.

Jouir des paysages qui changeait à chaque détour du chemin.

Sur les routes, même et presque surtout en période de vacances, l’ambiance est tendue, pressée, oppressée et dominé par la hargne.

Peut-on dès lors s’étonner que cette atmosphère qui pèse à son tour sur la technique de la conduite risque d’étouffer ce trafic sans cesse grandissant.

Alors qu’il suffirait au contraire, d’un peu de compréhension et de courtoisie.

Une bonne volonté de chacun

Chacun pourrait apporter sa modeste contribution à l’assainissement de la circulation routière.

Nous ne désirons et ne pouvons pas entrer dans tous les détails de la conduite sur les grandes routes ou les autoroutes.

Donc, nous nous bornerons à voir comment le mode de conduite peut-être rationnel et sûr, sans présenter aucun inconvénient pour personne. l

Tout est plus difficile à celui qui circule sans penser et sentir de façon dynamique.la circulation

C’est la raison pour laquelle le trafic actuel se dégrade si dangereusement.

Au lieu d’écoulement régulier et discipliné, on assiste maintenant à un véritable chaos.

D’où les embarras, les hésitations, les retards sont à l’origine d’une perte de temps.

Avec en plus une fatigue nerveuse que rien ne peut plus arrêter.

S’adapter au condition de la route

Par conséquent Il faut, dans la mesure du possible, s’adapter aux conditions changeantes de la circulation.

Aussi de prendre au bon moment les bonnes mesures qui s’imposent.

Auto-école Marterey