Danger de verglas

Le danger de verglas c’est celles et ceux qui ont déjà une fois perdu la maîtrise de leur véhicule.

Probablement sur chaussée glissante.

Bien entendu, ils savent de quoi il parle.

Parce que être assis dans une voiture hors de contrôle pour finir dans le ravin ou de glisser dans un obstacle sans frein !

Comment passer l’hiver en toute sécurité et garder une bonne tenue de route ?

Accélérer ou freiner c’est risquer que la voiture dévie ou dérape en cas de danger de verglas.

Une voiture peut déraper quand on change de direction en accélérant.

Si possible, ne pas faire les deux en même temps.

Comment agit le système ABS avec le verglas ?

L’ABS (système antiblocage des roues) fonctionne merveilleusement bien contre les dérapages.

Pour exploiter au mieux ce système, on conseille d’enfoncer les freins à fond sur les lignes droites.

Ce n’est que dans ces conditions que l’ABS s’enclenche pour une voiture manœuvrable avec une excellente adhérence à la route.

Une voiture qui dévie et dérape de manière incontrôlée est tétanisant.

Or, c’est ici précisément là qu’il faut garder son sang froid.

En redressant le volant en douceur plutôt que par à-coup ainsi il y a des chances de sauver la situation.

Sel de déneigement est-il un danger pour la mécanique ?

Le sel de déneigement entre les plaquettes et disques de frein réduit la puissance et la force du freinage.

En circulant sur des routes pleines de sel, il est bon d’appuyer de temps en temps sur les freins pour se débarrasser d’éventuels résidus.

Reste que malgré toutes les précautions et ces conseils, le verglas est grand facteur de collisions.

Par conséquent, c’est l’importance d’avoir une bonne assurance qui couvre ces dégâts.

Le conducteur est tenu d’entretenir son véhicule

Conformément au droit de la circulation routière, un conducteur est tenu d’entretenir son véhicule.

De façon à pouvoir se conformer aux règles de la circulation routière en cas de danger de verglas.

Et à ne représenter aucun danger pour lui-même ou pour les autres.

Les vitres et les rétroviseurs doivent être maintenues propres.

Toutes les vitres nécessaires à la visibilité du conducteur doivent être parfaitement transparentes également dépourvues de déformations.

En hiver notamment, pour renforcer la sécurité routière, les conducteurs doivent s’assurer d’une bonne visibilité.

La propreté des phares et des catadioptres, sans oublier des pneus d’hiver.

N’oublions pas aussi d’adapter leur conduite aux conditions de circulation.

La vitesse et la météo sur les autoroutes

Selon le code de la route, la vitesse sur une route doit certes dépendre de la météo.

Mais elle doit également dépendre du type de route sur laquelle roule le conducteur.

Ainsi, sur les autoroutes, la plus grande vitesse permise par le code de la route est de 130 km/h en conditions météorologiques normales.

Si vous disposez d’un permis probatoire, cette vitesse passe à 110 km/h sauf indication particulière.

De même, la plus grande vitesse autorisée par le code de la route est de 110 km/h en cas d’intempéries ou de pluies.

Par ailleurs, la vitesse maximale que vous devez avoir sur l’autoroute doit être de 50 km/h lorsque la visibilité est en dessous de 50 mètres.

La vitesse et la météo en agglomération

En agglomération, quel que soit le temps qu’il fait, la vitesse maximale permise par le code de la route ne varie pas.

Elle est en fait de 50 km/h. Ainsi, cette vitesse demeure la même en conditions météorologiques normales qu’en cas d’intempéries et de pluies.

De même, la vitesse est pareille lorsque vous roulez en agglomération avec une visibilité en dessous de 50 mètres.

Toutefois, nous devons préciser qu’il est possible que la vitesse maximale accordée par le code de la route change lorsqu’il y a une indication spécifique.

Auto-école Marterey