Une crise pour le secteur automobile ?

Une belle mécanique qui risque bien de s’enrayer. Après avoir tourné comme une horloge Suisse pendant des années, le secteur automobile devra affronter de forts ratés en 2020. A commencer par les amendes liées aux dépassements des valeurs du CO2. Les importateurs se prémunissaient de la fessée en faisant des provisions. En revanche ils n’avaient pas vu venir le coronavirus. Les conséquences économiques pour le secteur automobile risquent d’être terribles. Certains constructeurs étant contraints de fermer leurs usines un peu partout en Europe. Les ventes de voitures neuves sont de toute façon en mode ralenti.

La plus mauvaise année pour l’automobile ?

Le Conseil fédéral qui a décrété l’état de “situation extraordinaire” le 16 mars 2020, a ordonné la fermeture de beaucoup de magasin. Également les restaurants, les bars et les établissements de loisirs. Pour le secteur automobile, les ateliers de réparation peuvent poursuivre leur activité. Bien entendu, en respectant les recommandations d’hygiène. Cependant, les surfaces de ventes doivent rester fermées. Il y a de forte chance que l’on va assister à une chute de marché ces prochaines semaines. La reprise se fera pour l’automne avec de dramatique perte financière d’ici-là.

L’annulation à la chaîne

Du côté des garagistes, l’heure est au désarroi. La situtation est catastrophique surtout pour les petites infrastructure. Les ateliers de réparations, même si ils peuvent rester ouverts, ne sont pas d’un grand secours. Des garages tournent avec des effectifs réduits par faute de travail. L’actuelle crise pourrait signifier des licenciements dans de nombreux secteurs. Ce qui est, évidemment, de mauvais augure pour l’écomonie. La responsabilité individuelle de chaque patron de décider d’une fermeture complète reste envisageable. Sauf que la survie de nombreux établissements et garages est menacée.

Hygiène pour les services

Si les surfaces de ventes sont fermées, les ateliers de réparation sont autorisés. Pour l’heure l’activité se poursuit. Dès lors, qu’il est possible pour les employés de respecter les mesures sanitaires édictées par l’OFSP. La situation actuelle pousse toutefois de nombreux clients à annuler leur rendez-vous. La recommandation de l’UPSA va loin dans les protections appropriées. Puisque l’association prône une désinfection du volant, des poignées de porte, du levier de vitesse. Aussi les écrans tactiles et la trappe de réservoir après chaque passage dans un atelier mécanique. Pas sûr que ce genre de mesure pousse les clients à amener leur véhicule à l’atelier de réparation. Auto-école Marterey