Un passage piétons est un ouvrage

Un passage piétons réglemente la priorité entre les piétons et le trafic roulant sur la chaussée

Certains aspects de sécurité doivent être pris en compte afin de garantir une traversée sûre des piétons.

Ainsi, à chaque étape de la planification, le passage piétons ne doit pas être considéré comme un simple marquage.

Mais comme un véritable ouvrage de la route.

Cette base de connaissances aborde uniquement les passages piétons sans installation de feux de signalisation.

Un passage pour piétons bien sécurisé

Un passage piétons ne doit pas traverser plus d’une voie par sens de circulation.

Sinon, il doit être sécurisé au moyen d’un îlot de protection ou d’une installation de feux de signalisation.

Il faut tenir compte de ce point en particulier en présence d’une voie de bus.

Pour qu’il puisse être utilisé en toute sécurité, il doit être régulièrement emprunté par des piétons.

Ainsi, il doit être emprunté par au moins cent piétons durant les cinq heures les plus fréquentées d’une journée.

A proximité d’une école, d’un EMS, d’un arrêt de transports publics ou sur un trajet scolaire.

Il doit être emprunté par au moins septante cinq piétons durant les cinq heures les plus fréquentées.

Les passages dans les carrefours

Sur le principe, les exigences dans un carrefour sont les mêmes que celles pour un passage piétons en section courante.

Il est toutefois possible de s’écarter des valeurs de la norme en matière de détectabilité et de distance de visibilité.

La demande en traversée des piétons est importante à un carrefour.

De plus, les conducteurs empruntant un carrefour s’attendent davantage à ce que des piétons traversent la route.

On peut donc se baser sur un temps de réaction réduit.

Les conditions de mise en oeuvre

Les conditions de mise en œuvre s’appliquent aux passages situés en section courante ou dans un carrefour.

Un passage piétons peut faire l’objet d’un marquage uniquement sur un tronçon routier.

Où la limitation de vitesse signalée et la vitesse représentative sont inférieures ou égales à soixante kilomètres heures.

Il est ainsi nécessaire de mesurer en premier lieu la vitesse des véhicules au droit du passage.

Notamment si on suppose que les vitesses de circulation sont plus élevées que la limitation de vitesse.

Auto-école Marterey