Comment choisir entre un moteur thermique ou électrique ?

Avec sa feuille de route pour la mobilité électrique, la Confédération vise à faire passer les ventes de véhicules électriques de 3,2% à 15% d’ici 2022.

Afin de réduire les émissions de CO2 liées au trafic.

Mais les voitures électriques offrent-elles LA solution pour une mobilité respectueuse du climat et de la nature ?

Et que dire de leur impact écologique, par rapport au moteur à essence ou diesel ?

Difficile de comparer directement les véhicules à moteur thermique ou électrique.

Car ils affectent plus ou moins l’environnement aux différents stades de leur cycle de vie.

Avec un moteur thermique, la phase d’utilisation est la plus polluante.

Aussi bien lors des déplacements que pour l’extraction, la transformation et le transport du carburant.

Le véhicule électrique, lui, n’émet aucune pollution en roulant.

En revanche, sa production et celle du courant consommé nuient à l’environnement.

Des études d’écobilans montrent que la fabrication des batteries, gourmande en énergie, cause des dommages écologiques.

Leur ampleur dépend avant tout de l’origine de l’électricité sur le site de fabrication.

Ainsi, dans une comparaison environnementale, une voiture électrique sera moins bien placée au moment de l’achat qu’un modèle à essence.

Impact environnemental

L’Office fédérale de l’environnement, pour sa part, se risque à une évaluation globale.

Selon son rapport, les voitures électriques alimentées avec du courant vert suisse ont aujourd’hui un impact environnemental.

Celui-ci est inférieur quelque 10% à celui de la moyenne.

D’après une autre étude, avec un mix électrique suisse moyen moyen au lieu de courant vert, l’impact total des voitures électriques serait même légèrement supérieur à celui des modèles à essence.

Pour ce qui est des gaz à effet de serre, un véhicule électrique en dégage moins.

Car la production de courant en Suisse génère comparativement une faible quantité d’émissions de CO2.

Précisons que les études citées resposent sur des méthodes différentes ainsi que sur des hypothèses divergentes.

Par exemple, en matière de courant, caractéristiques des véhicules ou durée des batteries.

Voilà pourquoi les résultats sont éloignés.

On peut choisir son courant

L’impact global d’une voiture électrique alimentée avec du carburant d’origine renouvelable reste inférieur à celui d’un moteur thermique.

Il vaut la peine de se pencher sur la production des carburants.

Le pétrole brut, matière première pour l’essence et le diesel est extrait de manière toujours plus complexe et polluante.

Les réserves accessibles s’épuisent et on se rabat sur les sables ou schistes bitumeux.

Ou sur l’extraction en mer profonde.

Ces techniques comportent des risques environnementaux majeurs.

Pour l’électricité, la tendance est plus encourageante, puisque les énergies renouvenables montrent les plus forts taux de croissance.

Voilà qui améliorera l’écobilan des voitures avec moteur thermique ou électrique.

Auto-école Marterey