Les systèmes d’assistance pour le permis

Les systèmes d’assistance pour le permis de conduire ne cessent de se perfectionner.

Dès 2021, il est techniquement possible de conduire une voiture de série très automatisée.

Permettant ainsi de ne pas avoir à constamment contrôler ce qui se passe sur la route.

Néanmoins, un automobiliste doit garder à chaque instant le contrôle de son véhicule.

En assumant également la responsabilité.

A ce jour, la mise en circulation des voitures autonomes est autorisée.

Toutefois, elles pourront circuler uniquement sur des routes interdites aux cyclistes et ux piétons.

Et comportant une séparation physique entre les deux sens de circulation.

Autrement dit, seulement sur l’autoroute.

S’adapter rapidement à ces systèmes d’assistance

Afin de pouvoir s’adapter rapidement à de telles évolutions, le Conseil fédéral a procédé à une révision de la loi sur la circulation routière.

Par aillleurs, les conditions que le Conseil fédéral se doit de respecter.

Dans le cadre de l’exercice de cette nouvelle compétence qui ont été définies.

Cette révision de la loi, va en outre créer une base juridique qui pourra plancher sur des projets.

Des autorisations de circulation de véhicules entièrement autonomes sur la voir publique.

De tels tests devraient permettre d’obtenir des connaissances essentielles sur le sujet.

Intégration des systèmes d’assistance dans la formation au permis

Tous les moniteurs de conduite n’abordent pas le thème des systèmes d’assistance pour le permis dans le cadre de leur formation.

Il est capital que la formation au permis de conduire s’adapte à l’évolution de la technologie.

Des personnes évoquent de manière significative les système SAC tels que le freinnage d’urgence.

Ou encore l’alerte de franchissement involontaire de ligne en cours de conduite.

Il convient certes de saluer cette initiative.

Mais tout dépend des informations transmises.

Un cours théorique offrirait l’opportunité non seulement de montrer aux moniteurs les avantages des systèmes d’assistance à la conduite.

Mais également leurs limites et les nouveaux risques qui y sont liés.

Cette assistance lors du passage de l’examen pratique

En principe, les candidats doivent maîtriser les systèmes d’assistance.

Savoir les utiliser de manière approprié en situation ainsi que connaître leur fonctionnement en leurs limites.

Les moniteurs de conduite doivent former leurs élèves en conséquence.

Chaque système d’assistance à la conduite désactivable peut être désactivé lors de l’examen pratique.

Afin d’évaluer la conduite du candidat.

Les fondements juridiques à ce sujet sont définis dans l’ordonnace règlant l’admission à la circulation routière.

Lors de l’examen pratique du permis de conduire, l’expert de la circulation constate si le candidat est capable de conduire un véhicule.

De la catégorie adaptée en respectant les règles du code de la route.

Même lors de situations de circulation compliquées en faisant preuve d’anticipation.

Sans oublier de prudence vis-à-vis des autres usagers de la route.

L’expert doit également évaluer l’utilisation correcte et adaptée à la situation des systèmes d’assisatnce à la conduite.

Ainsi, il peut décider d’activer ou de désactiver les systèmes d’aide à la conduite.

Ces systèmes contribuent à l’amélioration de la sécurité sur la route et à la diminution du nombre d’accidents graves.

Néanmoins, ils ne remplacent pas une formation sérieuse des futurs conducteurs

Auto-école Marterey