Les accidents dans un habitat

Les accidents dans un habitat c’est plus de la moitié des accidents non professionnels entraînant des blessures.

Puis 80% de ceux entraînant la mort se produisent dans l’habitat et les loisirs.

Une nouvelle étude révèle quels sont les accidents les plus fréquents, comme à la maison et dans les loisirs on se sent en sécurité.

Pourtant, c’est là que se produisent la plupart des accidents graves ou mortels.

Trébucher en descendant les escaliers avec le panier à linge.

Tomber de l’échelle en taillant un arbre dans le jardin.

Se couper le doigt en éminçant des légumes en cuisine.

Les accidents dans un habitat et les loisirs sont aussi variés que la vie elle-même.

Dans le cadre d’une analyse globale des accidents dans un habitat et les loisirs, l’étude a identifié les poids lourds de l’accidentalité.

En fonction de leur gravité et de leur fréquence.

L’étude «Principaux accidents dans le domaine de l’habitat»

Celle-ci révėle que plus de 50 % des accidents non professionnels entraînant des blessures.

D’autre part le 80 % de ceux entraînant la mort se produisent dans l’habitat et les loisirs.

Les cironstances varient fortement d’un accident à l’autre.

Les déroulements les plus fréquents sont les chutes, suivies par l’étouffement.

Suivi de la noyade et les accidents avec des moyens de transport utilisés en dehors de la circulation.

Par exemple lors d’une manoeuvre devant son garage.

Comme le reflėte l’accidentalité, les activités et situations sont extrêmement diverses.

Afin de pouvoir analyser systématiquement les accidents dans l’habitat et les loisirs, voici les classe selon onze catégories principales.

Lorsqu’on regarde qui se blesse dans l’habitat et les loisirs, on obtient un panorama variė.

Toutes les tranches d’âge doivent être représentées

Les enfants et les adolescents sont les plus exposés au risque de blessures, les adultes sont ceux qui se blessent le plus souvent.

Mais encore cela génèrent de ce fait les coûts matériels.

Les seniors presentent non seulement un risque de blessures élevé, mais surtout de loin le risque le plus important de décès.

On constate que si les femmes se blessent plus souvent, les hommes sont en revanche nettement plus victimes de décès prématurés.

Cette étude a aussi mis en évidence le fait que les bases de données sont, aujourd’hui encore, loin d’être suffisamment exhaustives.

Simplement pour décrire l’accidentalité en détail, par exemple, les informations sur la gravité des blessures.

Elles proviennent principalement de la statistique de l’assurance-accidents (LAA).

Qui ne porte qu’accessoirement sur les enfants et les adolescents ainsi que les seniors (65 ans et plus).

Alors que ce sont d’importants groupes cibles dans le domaine de l’habitat et des loisirs.

L’étude constitue une base pour de futures analyses de risque et d’intervention axées sur les priorités dans le domaine.

Auto-école Marterey