Comment gérer des situations périlleuses ?

On n’aura toutefois jamais la recette en tête pour gérer des situations périlleuses.

Seulement si l’on a déjà beaucoup pensé aux situations critiques et à la façon d’y parer.

Pourquoi roulons-nous en colonne ?

Comment nous comporter si le conducteur qui nous précède freine subitement?

Première considération qui doit être ancrée dans le cerveau.

Quelle sera la distance de freinage à cette vitesse là?

Puis on déduira si la collision par l’arrière est inévitable.

Dans l’éventualité, on peut encore envisager la solution de la dernière chance, et de s’en tirer sans dommage.

Si aucun véhicule ne vient en sens inverse sur la voie parallèle, on peut essayer de déboîter de la colonne.

Cette manœuvre devra bien sûr être effectuée alors que les roues tournent et non quand elles sont bloquées.

Si le tamponnement est inévitable, on s’y préparera en freinant énergiquement et en protégeant son visage avec l’avant-bras

Qu’est-ce que le vrai conducteur ?

L’automobiliste qui connaît réellement son affaire, donnera encore un coup d’avertisseur pour aviser celui qui le précède.

Alors, celui-ci, jettera un regard dans son rétroviseur pour savoir ce que lui ménage la colonne qui le suit.

Une situation semblable se présente lorsqu’une voiture qui remontait le long de la colonne est forcée d’interrompre son dépassement.

Il ne sert à rien de revendiquer son prétendu droit à de grands coups de klaxon.

Par conséquent, il faut faire tout ce que peut pour éviter l’accident dans lequel on serait vraisemblablement impliqué.

Donc, commencer par braquer les roues vers la droite en freinant juste assez fort pour éviter la collision.

Plutôt de jouer au moniteur d’auto-école et de s’énerver, ouvrir une brèche dans la colonne pour permettre à celui qui est à gauche d’y rentrer. 

Et notre rôle dans tous cela ?

Notre rôle ne consiste pas à semer l’effroi, la panique ou l’inquiétude, mais de vivre avec le danger.

Auto-école Marterey