Cours Samaritain

Le cours samaritain présente des parties théoriques et pratiques d’une durée de 10 heures obligatoire.

Avant de pouvoir se présenter à l’examen de théorie, il vous faut obtenir l’attestation de samaritain.

Les premiers secours représentent l’ensemble des techniques d’aide apportée aux personnes victimes d’un accident de la route.

L’objectif est de minimiser les conséquences tout en assurant les gestes de survies en donner les premiers soins.

La chaine des secours se met alors en marche jusqu’à la prise en charge des services d’urgence (ambulance, REGA, police).

Réservez votre place à l’avance !

Cours chaque deux semaines à l’auto-école Marterey Lausanne.

L’auto-école se situe à la Rue Sainte-Beuve 1, 1005 Lausanne.

Nous proposons ce cours dès Frs 69.00 (attestation non incluse Frs 20.00)

prochain cours

consultez en ligne

Quels sont les sujets du cours samaritain ?

Leçon 1-2

  • La chaîne du sauvetage et son importance
  • La sécurisation des situations d’urgence
  • Les aspects du thème de la protection de la sécurisation
  • Compression thoracique en théorie et en pratique

Leçon 3-4

  • Les saignements et l’auto protection pour le contact avec le sang
  • Traitement des plaies et la protection de vaccins
  • Les blessures du dos
  • Les fonctions vitales avec la circulation vitales
  • L’infarctus et l’attaque cérébrale

Leçon 5

  • Le traitement initial des brûlures
  • Les procédures en cas d’accident de la circulation
  • La prise de sauvetage Rautek
  • Le schéma d’évaluation ABC
  • Le défibrillateur

Les exigences du code de la route

Il importe que l’élève comprenne que son comportement au volant doit être conforme aux exigences concrètes de la sécurité.

Plutôt qu’aux exigences abstraites des textes du code de la route.

Est-ce qu’on ralentit avant une intersection pour diminuer le risque d’une collision ou parce que c’est écrit dans le code ?

Etait-il déjà dangereux de rouler avec des pneus lisses avant que cela soit interdit ?

Dès lors, faire comprendre concrètement à un élève l’utilité ou le danger d’un comportement, c’est l’amener à prendre ses responsabilités.

Parce qu’on lui enseigne, en même temps, pourquoi et comment les prendre, dans son propre intérêt.

L’élève est plus sensible à des faits qu’il peut constater lui-même qu’à l’énoncer d’une liste d’obligations et d’interdictions.

Une obligation ou une interdiction reste une abstraction, si on n’en montre pas le bien fondé, si on ne prouve pas qu’elle répond à des nécessités réelles.

Une prescription abstraite reste facilement contestable et ce n’est que des mots.

De plus, sa signification est oubliée, souvent, dès que l’examen a été réussi.

Les blessures à la tête

Qui n’a jamais eu une bosse et des maux de tête après une collistion au sport ?

Mais qui a déjà consulté à ce sujet ?

Dans quels cas est-il conseillé de se rendre chez son médecin ou d’appeler un service d’urgence.

Les principales causes du traumatisme cranio-cérébral, c’est-à-dire de lésions cérébrales consécutives à un choc au niveau de la tête.

Sont les accidents de la circulation, les chutes, les accidents du sport ou au travail.

Environ 1900 personnes souffrent chaque année de graves traumatismes cranio-cérébraux.

Parmi elles, environ 1250 patientes et patients reçoivent les premiers secours médicaux par les équipages de professionnels.

Selon la gravité et sa localisation, un traumatisme peut s’accompagner de symptômes très divers.

Celui-ci survient généralement avec un certain décalage par rapport au choc.

Les maux de tête, les vertiges, les nausées sont des manifestations typiques.

Des troubles de la vue, de la mémoire ou du langage peuvent aussi survenir.

La perte de connaissance de courte durée ou prolongée est même possible.