Comment changer les vitesses ?

Le moteur à combustion interne doit avoir atteint un certain régime avant de pouvoir, changer les vitesses et de produire une puissance utilisable.

Le régime du moteur n’est pas limité vers le bas seulement mais aussi vers le haut.

Le nombre de tours maximum qu’il peut atteindre varie selon son caractère.

C’est-à-dire qu’il s’agit d’un engin d’usage courant, de sport ou de course.

Cette limitation de la vitesse de rotation dépend de plusieurs raisons.

En premier lieu, un régime élevé a pour effet d’augmenter la vitesse moyenne du piston, laquelle se répercute sur l’usure des cylindres et pistons.

Deuxièmement, avec les hauts régimes, les forces d’inertie des masses à mouvements alternatif, les métaux prennent des déformations ou ruptures.

En troisième lieu, tout moteur à combustion possède un régime déterminé pour lequel il fonctionne dans les conditions économiques.

Le régime économique

Ce régime se situe pour les moteurs courants actuels entre 1200 et 3500 tr/min.

Du fait que cette marge de régimes n’est pas seulement celle où la marche du moteur est la plus économique mais aussi la plus silencieuse.

Elle correspond en outre au plus fort pouvoir de traction (accélération) on a intérêt à s’y tenir aussi souvent que possible.

Être munis d’un dispositif

Pour répondre à cette exigence, les véhicules à moteur doivent donc être munis d’un dispositif permettant d’adapter les régimes.

C’est le changement de vitesses qui a pour fonction de modifier selon les besoins le rapport de démultiplication entre et moteur et les roues.

Le changement de vitesses comporte 3,4,5,6 voire 8 rapports différents ou vitesses.

La solution idéale serait celle qui fournirait une variante progressive et continue de la démultiplication.

Un nombre infini de rapports

Il existe des mécanismes de ce genre servant à l’entraînement des machines-outils, qu’on cherche à introduire aussi dans les véhicules.

Mais leur rendement est encore trop faible qui ne peut être utilisé que dans des voitures très puissantes.

Changer les vitesses le plus simple, le plus ancien, le plus économique est celui à pignons dentés.

Un changement de vitesses n’assure pas uniquement le changement de la vitesse de rotation.

Mais aussi celle de la force et du couple qu’il transmet.

Auto-école Marterey